Ouvrir un espace de coworking #3 : Taille ? Emplacement ?

Les questions à se poser avant d’ouvrir un espace de coworking : troisième acte, action !

On a déjà parlé de son investissement personnel puis, entre autres réflexions économiques, de son investissement financier ; oui, mais après tout ça, on ouvre où ?

Quelle taille ? Quel emplacement ? Quel quartier ? Accessible en voiture, en vélo, en poney aquatique ? Troisième chapitre :

Chapitre 3. Le lieu

Quelle est la bonne taille ?

Grand débat que voilà !

Quelques règles à garder en tête :

  • En dessous de 70-80m², il est difficile de trouver un équilibre économique en payant un salaire.
  • Jusqu’à 300-400m², un espace peut être géré par une seule personne.
  • Mais à partir de 300m², le fait d’avoir une communauté unie et qui se connaît devient un enjeu !
  • Si vous souhaitez accueillir des bureaux fixes, il faut prévoir globalement deux fois plus de place que pour des bureaux nomades.

Pour notre modèle, la taille idéale en milieu urbain est de 250m², et de 100m² en milieu rural. Mais c’est pour notre vision…

A vos calculettes !

L’accessibilité

Il est important de réfléchir au moyen de transport principal des futurs utilisateurs.

En grande ville, l’accessibilité transport en commun et vélo est essentielle par exemple.

En plus petite commune et en milieu péri-urbain et rural, la capacité à se garer facilement (et idéalement gratuitement) compte beaucoup.

On considère en général que jusqu’à 20 minutes de déplacement, les utilisateurs peuvent venir facilement et régulièrement. Au-delà, cela demande de l’organisation, et les gens viennent donc plus ponctuellement.

En centre-ville ou en périphérie

En centre-ville, vous serez plus accessible à ceux qui vivent localement, ainsi qu’aux voyageurs de passage (train, avion). Mais le loyer est forcément plus élevé, et l’accessibilité en voiture compliquée.

En périphérie, il sera plus facile de venir pour les gens de l’extérieur, et la voiture sera le moyen prédominant de déplacement. Le loyer est inférieur, mais le nombre de membres aussi.

Quelque soit le quartier, gardez à l’esprit qu’un espace de travail collaboratif génère de la vie, de l’ambiance, du passage, et on l’espère pour vous, des rires et de la joie. Donc du bruit. Pensez à vos voisins. 😉

L’organisation

Étage / pas étage ? Cloisonnement ou pas ? Cave ? D’un seul tenant ou en plusieurs morceaux ? Un toboggan ou une barre de pompier pour descendre à l’étage inférieur ?

Sur ce sujet, créativité ! Plus les espaces sont diversifiés, plus la communauté coworking est riche. Faites-donc avec les particularités du local, et faites-en un lien unique !

Seule recommandation : faites attention au froid et au chaud. Certains locaux sont inchauffables ou impossibles à refroidir en été.

Quel type de propriétaire

Il est encore aujourd’hui plus simple de travailler avec un propriétaire individuel ou une collectivité qu’avec un grand propriétaire ou propriétaire institutionnel. Ces derniers demandent souvent des garanties (caution bancaire par exemple) difficiles à produire lorsque l’on débute, et sont rarement prêts à négocier des conditions particulières de démarrage.

Mais tout change, et il faut espérer que demain de plus en plus de propriétaires verront d’un bon œil l’implantation d’un espace de coworking dans leurs locaux.

Internet et téléphone

La fibre n’est essentielle que si vous pensez dépasser les 10 personnes en même temps. Et si c’est le cas, il faudra alors penser à l’installation d’un système wifi performant, qui peut dépasser les capacités wifi d’une box.

Pensez en tous cas à vérifier la connexion internet. Même en ADSL, le débit varie beaucoup d’un lieu à un autre, en fonction de la distance de la centrale. Et pour avoir éprouver les coupures d’Internet intempestives, croyez-nous : le Wifi constitue le niveau premier de la pyramide de Maslow du coworker ; bien avant le café, les chaises ou les tables.

Et pensez aussi à vérifier que le téléphone portable passe, chez tous les opérateurs ! On a déjà fait l’erreur dans le passé J.


 

On touche presque au but. Beaucoup de questions ont été posées dans ces trois chapitres. Rappelez-vous déjà des deux précédents :

Chapitre 1. Où vais-je ?

Chapitre 2. Quel modèle ?

Vendredi, il sera question d’environnement. Non, pas d’environnement au sens écologique du terme mais au sens d’écosystème, de population, de troc de peluches avec les confrères…

Chapitre 4 : L’environnement

 

Nouvelles méthodes de travail, création de Tiers-Lieux, bien-être en entreprise, animation de communauté et de projets collaboratifs…

Inscrivez-vous à la NEWSLETTER des Eclaireurs de la Cordée et restez informé !

Tous nos articles sont écrits sous licence CC by SA

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *