Le coworking débarque dans le Beaujolais

Il y a trois ans, la Cordée débarquait dans le Beaujolais, à Lamure-sur-Azergues. Depuis, l’initiative a fait des petits et ça bouge sur le territoire ! Ça fait plaisir à voir.

L’ouverture de la Cordée Lamure a révélé ce que nous soupçonnions : la présence d’une nouvelle population dite “néo-rurale”, dans le Beaujolais. Qu’est-ce qu’un “néo-rural” ? Ancien urbain, travaillant majoritairement dans le tertiaire, adepte du numérique et familier du télétravail, voici quelques-unes de ses caractéristiques les plus fréquemment rencontrées :). Le néo-rural a choisi la campagne pour la qualité de vie, mais se doit de garder une proximité avec une grande ville à proximité.

Depuis quelques années, les collectivités sont les témoins de ces installations qui se multiplient mais ne savent pas toujours comment les adresser : quels services leur proposer sur le territoire, comment favoriser leur venue, solliciter cette nouvelle population et l’intégrer à la vie locale ? Elles sont une belle opportunité de re-dynamisation locale : besoin d’écoles, besoin de commerces, besoin de services…

Les espaces de coworking et tiers-lieux sont une offre de service à grande valeur ajoutée dans ce type de contexte. Après Lamure-sur-Azergues, c’est Belleville-sur-Saône qui a décidé de participer à cette belle dynamique. Bien que de taille plus importante que Lamure-sur-Azergues, et profitant de l’installation de nombreux “pendulaires” (des rurbains connectés d’un côté à Mâcon, de l’autre à Lyon), la ville ne disposait pas encore vraiment de lieu dédié à l’entrepreneuriat ou au numérique.

Voici chose faite depuis un an ! Le lieu a ouvert, et nous accompagnons la collectivité sur son animation et la création de la communauté. Tous les 15 jours, vous pouvez donc me retrouver à Belleville pour animer les “mardis pros” : des matinées où les entrepreneurs viennent se former et se rencontrer.

Et ce n’est pas tout ! Un nouveau tiers-lieu est actuellement en projet sur la commune de Tarare. Un projet ambitieux, comprenant fablab, espace de coworking, location de salles de réunion… avec comme opérateur une foncière que nous connaissons bien et apprécions encore plus : ETIC. Hâte de voir l’ouverture !

Il fait donc bon vivre dans le Beaujolais (et pas que dans les caves !).

Tous nos articles sont écrits sous licence CC by SA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *