La Cordée à Rennes, quatre mois plus tard

Après une annonce en décembre, la Cordée Lices a ouvert ses portes à Rennes le 1er février et a été inaugurée début mars. Quatre mois plus tard, où en est la communauté ? L’aventure est-elle un succès ? Et, plus important, les Bretons vont-ils imposer le cidre/kouign-amann à tous les goûters ?

Avant de nous lancer au Phare Ouest, toute l’équipe s’est penchée sur ce nouvel ancrage, loin de la base historique, et donc avec plusieurs défis à relever : construire localement une communauté, s’insérer harmonieusement dans un nouvel écosystème et créer du lien avec la communauté à Lyon, Paris et Annecy.

Construire localement une communauté

_79B6145

Bienveillance, entraide, partage, solidarité : les valeurs que nous défendons et que nous essayons modestement de diffuser ne prennent leur sens que dans une grande proximité avec le territoire et les personnes qui le font vivre. À ce titre, nous avons fait très attention à comprendre la dynamique locale.

Pour ce faire, deux ingrédients que nous jugeons essentiels : l’humilité et l’écoute. La première pour créer une communauté à partir de (presque) zéro, la seconde pour qu’elle puisse s’épanouir. L’application de cette recette apparemment simple était ma mission principale en tant que premier Couteau suisse du cru.

Et aujourd’hui ? Ils sont quinze. Quinze membres, tous plus joyeux et intéressants les uns que les autres. On retrouve parmi eux des profils et des parcours très différents, comme dans les autres Cordées. Des hommes et des femmes, des jeunes et des moins jeunes, des Bretons pur beurre et des ex-Parisiens, des entrepreneurs, des indépendants, des salariés… travaillant dans le développement web, l’édition, le graphisme, le tourisme, la thermique du bâtiment ou encore la création de crèches et la traduction, sans oublier un DJ !

(Nous ne nous attarderons pas ici sur les trois morts tragiques de poisson rouge, sur lesquelles la police ne s’est pas encore prononcée…)

S’insérer dans un nouvel écosystème

  • Avec les partenaires

_79B6385Si nous avons à cœur de faire grandir les encordés dans leur(s) projet(s), la Cordée n’a pas vocation à se substituer aux réseaux d’accompagnement existants. Nous privilégions toujours l’idée de travailler avec les autres et donc l’insertion dans l’écosystème entrepreneurial en place. Cela nous permet de mieux accompagner les membres et de faciliter les rencontres avec des communautés différentes de la nôtre.

À Rennes, nous avons eu la chance de recevoir un excellent accueil de la part de tous les acteurs locaux que nous avons rencontrés. Ce travail a donné lieu à une série d’événements organisés en commun avec la BGE, l’Association des entrepreneurs et indépendants de Bretagne (AEIB), la Fédération des Autoentrepreneurs, des coopératives d’activité et d’emploi (CAE) comme Oxalis ou Elan Créateur, l’ADIE, les structures de portage salarial, et les institutions (CCI, Pôle Emploi, collectivités…) que nous rencontrons régulièrement.

  • Avec les confrères

Nous souhaitons répondre à une demande locale mais nous ne sommes pas la première communauté de ce type à Rennes, ni la seule. Pour autant, comme à Lyon, nous ne percevons pas nos confrères comme des concurrents. Nous avons tous des modèles différents, qu’il s’agisse de l’aménagement des lieux, de la vie de la communauté ou des valeurs sur laquelle elle est bâtie, ce qui nous incite à penser d’abord notre complémentarité. Cette manière de travailler est encore peu connue, nous avons donc tout intérêt à faire progresser ensemble le mouvement.

De ce fait, nous avons commencé à nous regrouper au sein d’un même collectif, Coworking Rennes, pour envisager des actions communes, inspiré en partie par l’initiative de Coworking Grand Lyon.

Créer le lien avec la communauté à Lyon, Paris et Annecy

La Cordée Lices est relativement éloignée des autres Cordées (4h30 de Lyon en TGV, 2h de Paris) mais plusieurs encordés ont déjà fait le déplacement dans les deux sens au cours des derniers mois ! Ainsi, cinq Lyonnais et un Parisien sont venus travailler à Rennes, tandis que trois Rennais sont passés à Paris et Lyon, collectionnant au passage des stickers de plus en plus difficile à tous récolter…

D’autres contacts ont également été noués par l’intermédiaire de notre réseau social virtuel, le Refuge, plateforme qui joue un rôle important dans le lien entre Cordées distantes.

 

Blog

Et maintenant ?

Ces trois défis sont et seront toujours d’actualité : nous continuons donc d’itérer et d’échanger pour ne pas perdre notre cap de vue et faire de la Cordée Rennes une vraie institution locale.

Et on nous demande déjà d’ouvrir d’autres Cordées en Bretagne. Cela nous fait très plaisir… vous aussi ? Aidez-nous à préparer l’avenir, dites-le nous ici 😉

Tous nos articles sont écrits sous licence CC by SA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *