La parité en coworking, ce Saint Graal inaccessible ?

Nous en parlons peu au quotidien, mais nous travaillons beaucoup à la parité dans la communauté de la Cordée. Depuis les débuts, nous mettons une attention particulière à valoriser la diversité : diversité des métiers, des générations, et des sexes.

Mais autant il est relativement simple de garantir la diversité des métiers et des générations, autant la parité se révèle un sommet difficile à atteindre. Il y a aujourd’hui 40% de femmes à la Cordée pour 60% d’hommes. Et certaines Cordées sont même paritaires ! Annecy et Rennes sont aujourd’hui plus paritaires que Lyon et Paris. C’est mieux que la répartition généralement observée en coworking (30/70), mais ce n’est pas encore assez à nos yeux !

Les raisons du pourquoi du comment

Alors on peut se trouver des excuses. Oui, les métiers qui viennent spontanément à la Cordée sont plus masculins. Oui, même si ça évolue, les femmes ont encore majoritairement la charge de gérer la famille et ont donc des journées plus morcelées. Oui, il y a aujourd’hui plus d’hommes entrepreneurs et indépendants, et plus tôt dans leur vie professionnelle.

Oui, les femmes hésitent plus avant un investissement professionnel. Et la Cordée est un investissement, de temps, d’argent et d’énergie. Qui in fine a un vrai retour (de réseau, d’activité et de sociabilité), mais demande qu’on s’implique.

Mais ces vérités évoluent, et les métiers et statuts (entrepreneurs, salariés, ONG, chercheurs d’emploi…) que l’on croise dans les Cordées sont tellement variés que l’on croit être capable d’atteindre cet objectif paritaire.

Pourquoi cela importe ?

L’ambiance

D’abord, pour l’ambiance que cela créé. Lorsqu’on est uniquement entre hommes ou entre femmes, on tombe plus facilement dans nos zones de confort, et dans des sujets de conversation et attitudes réflexes. D’ailleurs, pour l’anecdote, l’Oréal s’oblige à intégrer au moins un homme par équipe féminine (et vice-versa), pour créer une dynamique de groupe plus riche et plus créative.

L’humour

Ensuite, c’est une question de convivialité et d’humour. On observe des ambiances beaucoup plus légères quand nous sommes mélangés. Et c’est pareil en ce qui concerne la diversité de métiers, de statuts ou de génération. Plus il y a diversité, plus l’ambiance est légère, bienveillante, et les rencontres intéressantes.
La parité encourage également la parité. Plus il y a de femmes, plus celles-ci se sentent à l’aise d’investir le lieu, plus l’ambiance est équilibrée, et plus il y a parité !

L’exemplarité

Enfin et surtout, c’est une question d’exemplarité. On prône la diversité, et on est heureux de montrer que c’est possible.

On pense ici que tous les profils vont peu à peu se tourner vers une manière de travailler plus partagée, plus bienveillante, plus locale. La parité, c’est aussi montrer maintenant que, malgré toutes les différences homme/femme du monde du travail traditionnel, l’avenir est à l’égalité, et à la valorisation des qualités professionnelles et humaines des femmes, plus partageuses et résilientes. Des qualités trop longtemps sous-estimées, et qui sont aujourd’hui un pilier du nouvel ordre professionnel.
Alors, longue vie à la parité. Nous n’y sommes pas encore, mais on va continuer à se battre, et à montrer que cela créé une magnifique communauté, diversifiée, bienveillante et faite pour durer.

Tous nos articles sont écrits sous licence CC by SA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *